Et l'AVS fut

Le conseiller fédéral Walther Stampfli, le "Père de l'AVS", 1947

L'émission C'était hier du 7 juillet 1970 refait l'historique de l'assurance vieillesse et survivants, mieux connue sous son acronyme "AVS".

La naissance de l'AVS est longue et difficile. Si l'introduction de son principe dans la constitution est réalisée déjà en 1925, un premier projet, dit "loi Schulthess" est nettement rejeté par la population suisse en 1931. Il faut attendre 1947 pour que cette assurance soit finalement adoptée.

L'émission contient des images de cette votation historique. On y voit notamment le conseiller fédéral Walther Stampfli, souvent considéré comme le "père de l'AVS", déposer son bulletin dans l'urne.

Les deux votes populaires sur l'AVS:

En 1931, un premier projet d’AVS avait été refusé par le peuple, à 60% des voix. Il était pourtant relativement modeste: il prévoyait une obligation de cotiser, une rente unique de 200 francs par ans à partir de 66 ans, ainsi que des allocations aux indigents. Les opposants au projet craignaient un renforcement de la centralisation et de l'étatisation, une perte de souveraineté pour les cantons, et une menace pour les instances privées d'assurance. Ils avançaient également des arguments d'ordre financier.

La précarité et le climat d’incertitude provoqués par la crise économique des années trente, puis par la guerre, vont modifier les mentalités helvétiques. En 1947, l’AVS sera enfin acceptée en votation populaire. L’âge de la retraite est fixé à 65 ans pour les hommes, comme pour les femmes. Afin de ne pas concurrencer les assurances privées, les rentes allouées seront modestes: 40 à 125 francs mensuels (en comparaison, le revenu moyen dans l’industrie est à l’époque de 745 francs).

  • Journaliste: Jacques Rouiller