Etre journaliste

Le journaliste neuchâtelois voue une vraie passion à son métier.

En 1969, Gil Baillod a 34 ans et mène une carrière de journaliste passionnée et basée sur une connaissance approfondie de son terrain, le canton de Neuchâtel.

En suivant le journaliste en reportage, on découvre sa conception du métier basée sur la rigueur, l'objectivité et un excellent réseau d'informateurs. Gil Baillod a une vision exigeante des investigations journalistiques.

Dans l'émission Aujourd'hui, il partage ses réflexions et débat de ses convictions professionnelles, avec le savoureux Archibald Quartier notamment.

Cette vision du journalisme des années 60 devra composer avec les impératifs économiques dans les décennies suivantes.

Né en 1935 à Vevey, Gil Baillod est un journaliste d'origine neuchâteloise. Après des années d'enfance passées à Berne, sa famille regagne Neuchâtel.

Il se destine d'abord à la bijouterie et entre à l'école d'art de La Chaux-de-Fonds où il fait quatre ans d'études. Puis, à la fin de sa formation, il travaille comme bijoutier à Genève pendant une année.

Il voyage durant plusieurs années en Asie, notamment en Inde. Lors de la révolution de 1956, il part pour la Hongrie avec la Croix-Rouge et s'occupe d'enfants dans un camp d'accueil.

C'est en autodidacte qu'il entre dans le journalisme. D'abord journaliste à la Feuille d'avis de Neuchâtel puis correspondant neuchâtelois de la Tribune de Lausanne, il arrive ensuite au journal L'Impartial à La Chaux-de-Fonds qu'il animera et dirigera durant trente ans.

Gil Baillod, enraciné en terres neuchâteloises, a été l'un des plus percutants éditorialistes de la presse suisse romande. En 1999, il prend sa retraite pour se consacrer à la peinture et au modelage.

Il est décédé le 21 janvier 2015.

  • Réalisateur: Rudolph Menthonnex