De retour de guerre

Le retour à la vie civile ne signifie pas toujours la fin du cauchemar.
  • Guerres et conflits
  • Vidéo 10 min.

22 septembre 2005

Information

La prolongation des opérations militaires américaines en Irak a comme conséquence annexe d'accélérer les rotations au front et de maintenir les troupes plus longtemps dans le pays. Confrontés à une guerre de guérilla, avec des ennemis qui se fondent dans la population civile, les militaires subissent une situation de stress intense. Ajouté à l'horreur de la réalité d'une guerre, le retour à la vie civile se révèle bien souvent une expérience chaotique et il est fréquent de voir apparaître des chocs post-traumatiques chez les soldats qui ont pour la plupart moins de 25 ans.

Ces raisons ajoutées à certaines convictions personnelles ont poussé des soldats américains à déserter. Un phénomène assez peu médiatisé qui a amené plus de 8000 hommes à rentrer en clandestinité ou, pour la plupart, à se réfugier au Canada, suivant en cela le même chemin que leurs aînés durant la guerre du Vietnam.

Ce document a été diffusé à l'antenne sous le titre original : GI's, cauchemars d'Irak