Le musée s'emballe

Entrée du musée d'ethnographie de Genève (MEG).

En décembre 2001, les Genevois rejetaient en votation la construction d'un nouveau musée d'ethnographie à la place Sturm. Deux ans après, un autre projet fait surface, l'institution ne déménagera pas mais bénéficiera d'une cure de jouvence. Présentation des principaux contours en avant-première.

A propos du Musée d'ethnographie de Genève (MEG)

L'importance des collections ethnographiques genevoises s'explique par la longue histoire de cette ville et de son ouverture au monde. Les objets les plus anciens ont été rapportés par des amateurs d'histoire naturelle, des marchands, des missionnaires et des archéologues. Au petit noyau réuni dans la chambre des merveilles installée au 18e siècle dans la bibliothèque publique de la ville ont succédé des ensembles plus considérables constitués au sein des nouvelles institutions de la Genève du 19e siècle.

Ces collections, auxquelles se sont jointes quelques collections particulières, ont été finalement rassemblées en 1901 à la villa Mon Repos pour donner naissance au Musée d'ethnographie de Genève fondé par Eugène Pittard. En 1941, le Musée s'installe dans l'ancienne école du boulevard Carl-Vogt. Le Conseil municipal souligne alors la valeur prospective de l'institution, ses vertus éducatives et sa dimension internationale.

Figure d'envergure des sciences humaines, Eugène Pittard a donné une puissante impulsion au musée jusqu'à sa mort en 1962. D'autres noms marquent l'histoire du musée, l'explorateur Alfred Bertrand, l'amateur Georges Barbey, le peintre et collectionneur Emile Chambon et le collectionneur Georges Amoudruz.

  • Journaliste: Yves Gerber