Jean Balissat

Le compositeur de la Fête des vignerons a été choisi à l'unanimité.
  • Personnalités
  • Vidéo 5 min.

29 juillet 1977

Fête des vignerons



Jean Balissat a consacré sa vie à la composition. Parmi ses nombreuses oeuvres, la Fête des vignerons de 1977 qui fut un immense succès populaire. Jean Balissat avait su donner à la musique de cette fête une profondeur symphonique.


En juillet 1977, une émission spéciale revient sur les préparatifs de la fête et notamment sur le choix du compositeur, nommé à l'unanimité du comité d'organisation. L'extrait commence alors que le président du comité lit le rapport de la commission chargée d'examiner les candidatures.




Jean Balissat est né à Lausanne en 1936. Après ses études à Lausanne et Genève, avec des professeurs tels que Hans Haug et André-François Marescotti pour l'écriture musicale, Samuel Baud-Bovy pour la direction, Charles Peschier pour la percussion et Robert Faller pour le cor, il prend rapidement la direction de plusieurs fanfares, dont la célèbre Landwehr de Fribourg durant 12 ans.



Côtoyant les musiques dites classiques et populaires, ses compositions sont réparties pour des formations classiques, mais également pour orchestre d'harmonies et brass-band. Ses compositions pour brass-band sont fréquemment jouées dans le monde. En 1973, il a été choisi pour composer la musique de la Fête des Vignerons de 1977 qui l'a fait connaître du grand public.


Dans le journal 24 Heures du 18 septembre 2007, on peut lire: «La musique symphonique a ainsi compté très fort dans sa vie sans qu'il puisse y consacrer tout son talent. Comme il nous le confiait l'an dernier, il avait peu à peu abandonné ce genre qu'il affectionnait, dépité par le peu d'intérêt que manifestaient les orchestres de la région à son égard. «Si nos orchestres ne jouent pas les œuvres suisses, s'étonnait-il, à qui peut-on s'adresser?» Jean-François Antonioli, qui fut son ami et son interprète fidèle, regrette qu'on n'ait pas d'œuvre de lui pour grand orchestre – «alors qu'il était un parfait orchestrateur» – et reste convaincu que si on l'avait encouragé, Jean Balissat aurait davantage écrit pour cette forme. «Il avait des scrupules à mettre sur le marché des œuvres «inutiles» et se refusait à n'écrire que pour lui-même.»


Il s'est éteint à son domicile dans la nuit du 17 au 18 septembre 2007
.