Larmes et gloire

CIEM Concours international d'exécution musicale, Ulrike Wottrich [TSR]
  • Culture et Arts
  • Vidéo 73 min.

16 novembre 1973

Archives

En 1973, le réalisateur Serge Minkoff a suivi deux jeunes pianistes tout au long de leur parcours au Concours international d'exécution musicale.


Du tirage au sort de leur numéro de passage à la distribution des prix, la pianiste allemande Ulrike Wottrich et la française Caroline Haffner ont passé toutes les épreuves sous le regard des caméras.


Le premier éliminatoire se passe derrière un rideau sur la scène du Victoria Hall de Genève, de manière totalement anonyme. Sans aucune influence du regard, le jury entend les candidats sans les voir à aucun moment. Quant à l'épreuve finale, il s'agit d'un concert public avec l'Orchestre de la Suisse romande.


Ce reportage permet de prendre entièrement conscience de la difficulté pour un jeune musicien d'entamer une carrière de soliste. Parfois cruelles, souvent frustrantes, les épreuves subies, simple audition, récital, concert public avec orchestre les confrontent à la réalité de ce que pourra éventuellement être leur future vie professionnelle.


Par le regard du réalisateur que l'on sent extrêmement proche des candidates, on entre dans l'intimité de Ulrike Haffner et Caroline Haffner, partageant leurs espoirs, leurs réussites et également leurs frustrations lorsque le résultat n'est pas forcément celui qu'elles attendaient.


(Source photo : TSR)


Né en 1939, sous le nom de Concours International d'Exécution Musicale (CIEM), le Concours de Genève est l'une des plus anciennes et des plus prestigieuses compétitions internationales de musique.


Le Concours de Genève a été fondé en 1939 par Henri Gagnebin, alors Directeur du Conservatoire de Genève et par Frédéric Liebstoeckl, musicien viennois établi à Genève. Ce dernier conduit le concours en tant que Secrétaire général pendant quarante années jusqu'à sa mort en 1979. Franco Fisch lui succède jusqu'en 1998. Didier Schnorhk est actuellement le troisième Secrétaire général du Concours de Genève.


La Présidence du Conseil de Fondation du Concours de Genève est assumée dès 1939 par Henri Gagnebin, puis par Samuel Baud-Bovy, Roger Vuataz, Jean Meylan, Claude Viala, Richard-A. Jeandin, François Duchêne et aujourd'hui par Christine Sayegh.


La liste des lauréats des concours passés est éloquente : plus de 500 références parmi lesquels des noms connus de tous les amateurs de musique.


Parmi les plus célèbres: Maurice André, Martha Argerich, Arturo Benedetti-Michelangeli, Maurice Bourgue, Victoria De Los Angeles, Alan Gilbert, Nelson Goerner, Friedrich Gulda, Heinz Holliger, Nobuko Imai, Jean-Jacques Kantorow, Dagoberto Linhares, Quatuor Melos, Dominique Merlet, Aurèle Nicolet, Fritz Ollendorf, Emmanuel Pahud, Maurizio Pollini, Georg Solti, Maria Stader, Teresa Stich-Randall, José Van Dam, Christian Zacharias, Tabea Zimmermann.


Dans le monde des concours internationaux de musique, le Concours de Genève se singularise : depuis sa création, vingt-six disciplines ont été présentées, instruments, voix, musique d'ensemble ou direction d'orchestre.


Désormais, le Concours de Genève met à l'honneur deux disciplines par année : en alternance le piano, le chant et  la composition depuis 2009 et une autre discipline parmi les suivantes : violon, alto, violoncelle, flûte, hautbois, clarinette, cor, trompette, trombone, percussion et quatuor à cordes.