Roger Vadim

Le réalisateur confronté à l'interdiction de son film.
  • Cinéma
  • Vidéo 1 min.

1 mai 1960

Archives

En 1960, Maurice Huelin s'entretient avec le réalisateur français Roger Vadim et son épouse Annette Stroyberg à l'occasion de la sortie du film «Les liaisons dangereuses».

Ce film suscite immédiatement la polémique et Vadim doit affronter les foudres de la censure. Il est rapidement frappé d'une interdiction à l'exportation afin de préserver l'image de la France à l'étranger.



Roger Vadim est né le 26 janvier 1928 à Paris dans une famille de nobles russes qui vivaient entre la France et l'Egypte. Après des études de comédie au cours Dullin, il devient assistant du metteur en scène Marc Allégret puis journaliste à «Paris Match» en 1953. L'année précédente, il épouse Brigitte Bardot.


En 1956, il écrit le scénario de «Et Dieu créa la femme» qu'il tourne à Saint-Tropez avec Bardot et Trintignant. Le succès à l'étranger est également retentissant, et cette œuvre fondatrice consacre le genre Nouvelle vague. Les deux films suivants sont des échecs artistiques qui entraînent une sorte d'excommunication de Vadim par la critique et par ses collègues.


Sa carrière rebondit avec «Les liaisons dangereuses», transposition du roman de Choderlos de Laclos. Le film suscite la polémique et Roger Vadim doit affronter la censure. Cette image de victime du pouvoir est confortée par un engagement politique réel qui ne se communique pas à ses films.


Sa carrière fut rythmée par ses mariages successifs avec Annette Stroyberg, Catherine Deneuve et Jane Fonda. Durant les années 70 et 80, Roger Vadim tenta en vain de renouer avec le succès commercial ou artistique. Il meurt le 11 février 2000 à Paris à l'âge de 72 ans.


Ouvrages :
Roger Vadim, «L'ange affamé», J'ai lu librio Martinguale 1995
Roger Vadim, «Fou amoureux», Fixot 1994