Henri Amouroux

Spécialiste de l'Occupation, il émet des doutes sur le procès Barbie.
  • Vidéo 8 min.

Journaliste ou historien? L'un et l'autre. Henri Amouroux a en effet toujours défendu le journalisme tandis qu'il construisait son oeuvre d'historien en décrivant, en dix volumes, la vie des Français sous l'Occupation.

En 1985, à l'occasion de la parution du septième tome de La Grande Histoire des Français sous l'Occupation, Henri Amouroux est l'invité de Midi public. Tandis que se prépare le procès de Klaus Barbie, l'ancien responsable de la Gestapo à Lyon, Henri Amouroux émet des doutes sur la valeur du jugement à venir.

Il est intéressant de noter qu'il témoignera en 1997 en faveur de Maurice Papon, l'ancien préfet de la Gironde condamné pour complicité de crime contre l'humanité commis en tant que fonctionnaire du régime de Vichy.

Henri Amouroux est né le 1er juillet 1920 à Périgueux. Il fit ses études à l'Institut supérieur de journalisme de Paris. Il travailla d'abord à l'agence de presse Opera Mundi, à Paris, puis au journal La petite Gironde, à Bordeaux, avant d'entrer dans la Résistance.

A la Libération, Henri Amouroux participe à la fondation du journal Sud-Ouest dont il sera directeur général. En 1974 et 1975, il est directeur de France Soir, puis codirecteur de Rhône-Alpes.

En a été durant vingt ans président du Prix Albert Londres qui récompense chaque année le travail d'un journaliste.