Un égoïsme assumé

Le mécène valaisan Léonard Gianadda en 2004.

"Il faut se faire plaisir à soi-même pour faire plaisir aux autres". Telle est la devise du mécène Léonard Gianadda. Son plaisir, c'est l'art sous toutes ses formes. Il a offert des sculptures pour les 11 giratoires de la ville de Martigny. Cela représente un beau panorama de la sculpture contemporaine, à portée d'yeux des automobilistes. Un bel exemple de l'art pour tous.

Le mécénat, c'est aussi pour lui une manière de donner en retour. Une forme de reconnaissance envers la ville qui a accueilli son père, modeste immigré italien, et lui a permis de se construire une nouvelle vie.

Mais tourner autour d'un rond-point à Martigny peut aussi déclencher des querelles de clocher.....