Denis Oswald

Denis Oswald, 2003.

En 2003, le journaliste Alain Christen dresse le portrait de Denis Oswald pour l’émission Appellation romande contrôlée. Pas facile de suivre le rythme, tant l’agenda de l’ex-champion d'aviron est rempli.

Avocat de formation, Denis Oswald s’est vu confier une mission de taille par le Comité international olympique: présider la Commission de coordination des JO d’Athènes, et notamment superviser la construction des infrastructures, qui prennent du retard. Les va-et-vient entre la Suisse et Athènes sont constants.

Mais ce n’est pas tout.  Denis Oswald fait tourner son étude d’avocats, il donne des cours de droit du sport à l’université de Neuchâtel, préside la Fédération internationale d’aviron et collabore au Centre international d’étude du sport... Portrait express d’un travailleur boulimique.

Né le 9 mai 1947 à Neuchâtel, Denis Oswald étudie le droit à Neuchâtel, Zurich et Cambridge et obtient un doctorat en 1977.

Pratiquant l’aviron à un haut niveau, Denis Oswald a participé quatre fois aux Jeux olympiques d’été. En 1968, à Mexico, il remporte la médaille de bronze dans la compétition de quatre barré. 

Après avoir quitté l’univers de la compétition, cet avocat et professeur de droit restera très impliqué dans le domaine sportif. Secrétaire général de la Fédération internationale d’aviron (FISA), il en devient président en 1989. En 1991, il rejoint le Comité olympique en tant que membre permanent. Depuis 12 ans, il est membre de la commission exécutive du CIO. 

En 2013, Denis Oswald se déclare candidat à la succession de Jacques Rogge pour présider le CIO. Cinq autres candidats briguent le poste: l’Allemand Thomas Bach, vice-président du CIO, Serguei Bubka, ex-star du saut à la perche, deux asiatiques, Ng Ser Miang, citoyen de Singapour, et Ching-kuo Wu, de Taïwan, et enfin le Portoricain Richard Carrion, président de la Commission des finances du CIO.

  • Journaliste : Alain Christen