Les voeux d'Adolf Ogi

Un sapin qui restera sans aucun doute dans l'histoire suisse.

Quelques jours après l'ouragan Lothar qui a dévasté les forêts suisses, Adolf Ogi présente ses voeux depuis son village natal de Kandersteg. Brandissant un sapin il déclare: «Cet arbre a valeur de symbole. Pour nous tous il résistera aux tempêtes! Comme la Suisse pendant ce siècle. Je le planterai ici au printemps.» C'était le 1er janvier 2000.

Adolf Ogi est né le 18 juillet 1942 à Kandersteg. Devenu directeur de la Fédération suisse de ski en 1975, il entre en politique en 1979, sous les couleurs de l'Union démocratique du centre. Elu le 9 décembre 1987 au Conseil fédéral, il occupe le poste de président de la Confédération en 1993 et 2000. En charge du Département des transports, des communications et de l'énergie jusqu'en 1995, il prend les rênes de l'armée jusqu'à son retrait le 31 décembre 2000.

Les années Ogi sont aussi celles de la division au sein de son propre parti, l'UDC, dont il représente l'aile traditionnelle: bernoise, agraire, occasionnellement prête à s'ouvrir sur l'Europe. Il doit faire face aux assauts d'une nouvelle UDC, celle d'Ueli Maurer et de Christoph Blocher.

Depuis février 2001, Adolf Ogi a mis son indéfectible enthousiasme au service des Nations-Unies puisqu'il assume désormais la charge de conseiller spécial pour le sport au service du développement et de la paix.