Hugues Cuenod

L'amour de la musique et de la vie anime le ténor vaudois.
  • Musique Classique
  • Vidéo 53 min.

20 juin 1982

Divers

La musique est un élixir de jouvence qui explique sans doute la longévité exceptionnelle de la carrière de Hugues Cuenod. En juin 1982, le ténor fête en effet son 80e anniversaire et depuis 54 ans, il chante sur les scènes lyriques du monde entier.

Georges Kleinmann s'entretient avec cet homme joyeux, léger mais pas superficiel, plein d'humour et de modestie, un artiste qui n'a interprété que les seconds rôles mais qui est devenu une star internationale.

C'est avec fraîcheur qu'Hugues Cuenod porte un regard sur sa carrière musicale lors de cette première édition de l'émission Rencontres.



Né en 1902 à Corseaux, Hugues Cuenod débute sa carrière de chanteur lyrique en 1928 après des études musicales menées à Genève, Lausanne, Bâle et Vienne.





Il crée, en 1940 à Bâle, La danse des morts du compositeur Arthur Honegger et à Lausanne Le vin herbé de Frank Martin. De 1930 à 1940, il aborde les grands rôles du répertoire avec une prédilection pour la musique du 20e siècle. En 1954, il fait une première apparition au festival d'opéra très renommé de Glyndebourne en 1954. Il étend ensuite son répertoire vers la musique ancienne et enregistre des chansons du Moyen Age.


C'est en 1985 que le ténor vaudois fait ses débuts au Metropolitan de New York.


Il interprète un de ses derniers rôles à Genève en 1988, celui de Monsieur Taupe dans Capriccio. Hugues Cuenod dit adieu à la scène au théâtre du Jorat à Mézières en 1994. En 2002, il assiste à une cérémonie célébrant son centenaire au théâtre de sa ville de Vevey et transforme cette soirée en un moment d'anthologie grâce à son humour et à sa légèreté.


Il s'éteint à Vevey le 6 décembre 2010 à l'âge de 108 ans.


Hugues Cuenod, par malice ou par excès de modestie, a toujours prétendu avoir «la voix d'un ver de terre» mais ce timbre inimitable, ses talents musicaux et scéniques lui ont valu une carrière internationalement reconnue.