Marie-Claire Dewarrat

La Madone et les monstres, un univers de beauté et de cruauté.

Rencontre avec l'écrivain fribourgeoise Marie-Claire Dewarrat. Elle parle de son écriture et de son insipiration, ainsi que de son univers intérieur peuplé de monstres fantastiques.

La transposition de la douleur intime liée à la mort accidentelle de sa fille aînée a donné naissance à son premier roman Carême (L'Aire, 1987).

Ses fils Rémy et Joël lisent des extraits de ses livres, Les territoires indiens (L'Aire, 1993) et L'âme obscure des femmes (L'Aire, 1997). Le premier dans une cabine de projection à Lausanne, le second au musée Giger à Gruyères, révélant ainsi plusieurs facettes de Marie-Claire Dewarrat.

Originaire de Romanens, dans le canton de Fribourg, Marie-Claire Dewarrat est née à Lausanne le 26 février 1949 dans une famille ouvrière. Elle passe son enfance à Bex et étudie à Saint-Maurice.

Ouvrière à 16 ans dans un atelier de cuir à Châtel-St-Denis où vit sa grand-mère, elle se marie à l'âge de 18 ans et devient mère de trois enfants.

Marie-Claire Dewarrat publie un recueil de nouvelles intitulé L'été sauvage qui reçoit le prix Bibliothèque pour Tous en 1986 et la fait connaître du public. Elle obtient le Prix Michel-Dentan en 1988 pour son roman Carême. Dès lors elle se consacre à l'écriture de romans, nouvelles et chroniques, une écriture très personnelle et intense.

Elle vit à Châtel-Saint-Denis.

  • Réalisateur: Marcel Schüpbach