Jacques-E. Bovard

Sommes-nous tous des nains de jardins? Réponse avec l'auteur.

Rencontre avec l'écrivain vaudois Jacques-Etienne Bovard, qui trouve le temps d'écrire entre son métier d'enseignant au gymnase de la Cité, à Lausanne, sa passion pour l'équitation et sa famille.

Pour LittéraTour de Suisse, il lit des extraits de Nains de jardin, recueil de nouvelles satiriques qui fait voler en éclat le petit paradis helvétique, et de son deuxième roman Demi-sang suisse, histoire d'un homme étriqué que la relation à l'animal va forcer à s'ouvrir.

Au nain de jardin qui sommeille en chacun de nous, symbole du rétrécissement béat et satisfait de soi-même, Jacques-Etienne Bovard propose le dépassement de soi, de l'autre et du monde.

Jacques-Etienne Bovard est né à Morges, le 17 novembre 1961. Etudiant au Gymnase de la Cité, à Lausanne, il a pour professeur Jacques Chessex. Il accomplit des études de lettres à l'Université de Lausanne, consacrant son mémoire à Jacques Mercanton.

En 1982, il publie ses premières nouvelles. Cinq ans plus tard, il devient enseignant de français au Gymnase de la Cité. En 1992, Jacques-Etienne Bovard est lauréat du Prix Lipp Suisse pour son premier roman La Griffe, pour lequel il se voit également attribuer le Prix Bibliothèque pour Tous.

Au fil des années, Jacques-Etienne Bovard publie plusieurs nouvelles et romans parmi lesquels on peut citer Demi-sang suisse, Une Pinte de bon sang, Nains de jardin, La porte à côté, Les beaux sentiments, Le pays de Carole, Ne pousse pas la rivière…, des œuvres ancrées dans le terreau suisse romand et nourries des passions de leur auteur. En 2010, son roman La Cour des grands connaît un vif succès.

  • Réalisateur: Marcel Schüpbach