Isabelle Aubret

En 1963, elle remporte l'Eurovision avec: Un premier amour. [RTS]
  • Culture et arts
  • Vidéo 16 min.

15 décembre 1968

Divers

Portrait d'Isabelle Aubret pour l'émission Chansons à aimer. La jeune femme, qui est née dans une famille de onze enfants, a perçé dans le milieu de la chanson française grâce à sa victoire au concours de l'Eurovision de 1962 avec «Un premier amour», une chanson écrite par Roland Valade sur une musique de Claude-Henri Vic.

Elle succéda à Jean-Claude Pascal qui avait remporté le premier prix, à Cannes, en interprétant «Nous les amoureux.»



Isabelle Aubret, de son vrai nom Thérèse Coquerelle, est née à Lille, le 27 juillet 1938. Adolescente, elle participe à des concours de chant. Au début des années 60, elle gagne un concours à l'Olympia et se fait alors remarquer par le directeur, Bruno Coquatrix. Deux ans plus tard, Isabelle Aubret remporte l'Eurovision et rencontre Jean Ferrat. Le chanteur écrit pour elle «Deux enfants au soleil» et l'invite à faire la première partie de sa tournée.


En 1963, elle fait la première partie du spectacle de Jacques Brel, à l'Olympia. Alors qu'elle est pressentie pour jouer dans le film «Les parapluies de Cherbourg», elle est victime d'un grave accident de la route et se voit contraint de tout abandonner. Jacques Brel lui offre les droits de la chanson «La Fanette» et Jean Ferrat lui écrit «C'est beau la vie». En 1965, en pleine convalescence, Isabelle Aubret fait la première partie d'Adamo à l'Olympia.


Elle participe à nouveau au concours Eurovision, trois ans plus tard, avec le titre «La Source» et se classe troisième. Au début des années 70, elle est en tournée internationale. Elle revient à Bobino en 1973.


En 1986, elle reçoit le Grand Prix du disque et le prix de l'Académie Charles-Cros. Isabelle Aubret retrouve avec succès l'Olympia en 1990. Elle enregistre des poèmes d'Aragon mis en musique par Léo Ferré et Jean Ferrat et interprète, tout au long des années 1990, les artistes qui lui tiennent à cœur: Jacques Brel, Serge Gainsbourg, Guy Béart, Jean-Jacques Goldman, Francis Cabrel, Henri Salvador et Charles Trenet.