Les Picasso

Les Bâlois acceptent l'achat de deux toiles de Picasso.

C'est oui! Avec une majorité de plus de 5000 voix. En décembre 1967, les Bâlois acceptent en votation populaire de payer huit millions deux tableaux de Picasso qu'un riche collectionneur avait prêtés au Musée des Beaux-Arts. Mais l'homme a fait faillite, et les tableaux, Arlequin et Les deux frères, sont mis en vente. Le canton de Bâle se porte acquéreur mais la somme est conséquente et doit être acceptée par le peuple.

Touché par l'intérêt des Bâlois pour sa peinture, Picasso offrira quatre autres tableaux, dont Les demoiselles d'Avignon et La Famille. Pour l'heure, la question débattue dans l'émission La Quinzaine littéraire est plutôt celle de la place des subventions dans la création… Vieille lune qui continue d'éclairer de sa pleine rondeur le débat sur le financement de la culture.