Une vie en musique

Jean Daetwyler en 1969

En 1969, la TSR réalise le portrait intimiste du compositeur valaisan d'adoption Jean Daetwyler dans sa ville de Sierre où il réside depuis 1939. Il raconte ses années de formation, ses débuts difficiles à Paris, et son coup de foudre pour le Valais, à l'approche de la Seconde guerre mondiale.

Il est tour à tour compositeur, directeur de fanfare, chef de choeur et enseignant au Conservatoire. Entre musique de chambre et symphonique, oeuvres militaires et chorales, la richesse de son langage musical est impressionnante. Inspiré par le folklore local, il a inlassablement chanté son coin de terre, avec ses montagnes, ses vignes, ses barrages et ses rivières. Sa musique pastorale oscille constamment entre le profane et le sacré. Son ambition de redonner vie aux traditions ancestrales a réussi à les sublimer.

Au détour des propos du compositeur, c'est l'occasion de découvrir les sites authentiques de Sierre, comme le château de Mercier. Ainsi que ses ensembles musicaux : La Gérondine, le choeur mixte Ste-Cécile, La Chanson du Rhône, et des danseurs de l'Académie de danse Cilette Faust.

Un reportage de Pierre Matteuzzi filmé par Simon Edelstein.

Jean Daetwyler est un compositeur et musicien suisse, né le 24 janvier 1907, à Bâle.

A l'âge de 6 ans, il s'installe avec sa famille à Bulle, son père étant confiseur et sa mère vendeuse. Passionné de violon – il en joue depuis l'âge de 7 ans – Jean Daetwyler part en 1927 poursuivre ses études musicales au conservatoire national de Paris, puis à la Schola Cantorum et l'Ecole César Franck. Pour subsister, il joue du trombone et du violon dans les bals populaires, les théâtres et les casinos, et même au cinéma à la fin de l'époque du muet.

Marié et père de trois enfants, il s'établit à Sierre dès 1939 où il est nommé directeur de l'harmonie municipale La Gérondine dont il sera à la tête pendant quarante ans. Il a également dirigé le choeur de la Ste-Cécile. Durant les années de guerre, il compose divers morceaux de musique pour Radio-Lausanne.

En 1948, il fonde et dirige le choeur La Chanson du Rhône puis, en 1949, crée avec Georges Haenni le Conservatoire cantonal de musique de Sion où il enseigne l'harmonie et le contrepoint.

Celui qui prétend être devenu compositeur, car ne sachant pas faire autre chose, a atteint une véritable reconnaissance nationale et internationale. Il reste célèbre pour sa marche Marignan (1939) jouée par les fanfares de l'armée suisse.

Jean Daetwyler s'est éteint le 4 juin 1994 à Sierre.

  • Réalisateur: Pierre Matteuzzi
    Caméraman: Simon Edelstein