La der du Gothard

Dernière tournée au bistrot du Gothard avec Marie-Rose.

En 2005, l'émission Passe-moi les jumelles suit la dernière agape organisée avant la fermeture du bistrot Le Gothard à Fribourg. Séquence émotions avec les habitués et la patronne, Marie-Rose, émue qui profite de la fanfare et des rythmes des accents du patois fribourgeois. Immersion.

Ouvert en 1880 à la rue du Pont-Muré, dans le quartier historique du Bourg, pour saluer le percement du tunnel ferroviaire la même année, la brasserie allait rapidement acquérir une âme. Sa carte mettant à l'honneur les produits du terroir – en premier lieu la fondue, évidemment –, ses soirées de fête mêlant notables, étudiants et gens ordinaires, le choix de sociétés telles que la Landwehr de Fribourg d'en faire leur «stamm», le passage de visiteurs de marque, comme les conseillers fédéraux Jean-Pascal Delamuraz ou Pascal Couchepin: le Gothard acquiert au fil du temps une renommée qui fait de lui l'un des établissements publics les plus importants de la ville. A tel point que Jacques Chessex y situera le début de son roman L'Ogre.

Mais qui dit Gothard pense Marie-Rose. Serveuse dès 1972, puis tenancière (et même propriétaire du bistrot de 1976 à 1984), attentive à tous, parfois distraite au moment d'encaisser, elle donne aux clients le sentiment de faire partie de la famille. Sa notoriété est telle que l'an dernier, alors qu'on croyait qu'elle ne remettrait plus les pieds dans la brasserie, la revue FriBug lui avait consacré un hommage.

Le grand retour de Marie-Rose, en 2005, 61 ans, qui retrouve son établissement fétiche. Celui-ci était en rénovation durant plus d'une année. Des travaux qui n?ont pas touché à l'âme de cet endroit, fréquenté par toutes les classes sociales, qui s'y mélangent avec bonheur.

  • Réalisateur: Jean-Paul Mudry