Assassiner Hitler

L'écrivain Nicolas Meienberg a consacré un livre à Maurice Bavaud.

En avril 1982, invité de l'émission littéraire Noir sur blanc, l'écrivain alémanique Nicolas Meienberg présente son livre intitulé Maurice Bavaud a voulu tuer Hitler. Cet ouvrage relate à la façon d'un reportage le projet d'assassinat d'Hitler qui a germé dans l'esprit du jeune théologien neuchâtelois en 1938, une tentative qui ne pourra être mise à exécution et qui se terminera par l'arrestation et l'exécution du Suisse, guillotiné à Berlin le 14 mai 1941.

L'ouvrage suscite le débat: le geste de Maurice Bavaud a été escamoté en Suisse et est resté un quasi-secret d'Etat. Assassiner Adolf Hitler au faîte de sa gloire, à l'époque, les autorités helvétiques ont considéré ce citoyen neuchâtelois comme un criminel et l'ont abandonné à son sort dans les cellules de la Gestapo.

Les autres écrivains présents sur le plateau sont Jean Ferniot, Marc Kravetz, Jean-Marie Touratier et Laurence Deonna.

Maurice Bavaud, né le 15 janvier 1916 à Neuchâtel, est un théologien qui a tenté d'assassiner Adolf Hitler le 9 novembre 1938, avant la Nuit de cristal. S'installant en 1938 en Allemagne, muni d'un pistolet, il suit les faits et gestes du Führer, attendant le moment de mettre son projet à exécution mais les circonstances ne s'y prêtant pas, il doit renoncer à son dessein.

Lors de son retour en Suisse, pris sans billet de train, il est remis par la police ferroviaire à la Gestapo. Son arme et des documents compromettants sont découverts à cette occasion et il est arrêté. Sous la torture, il avouera son intention, affirmant qu'Adolf Hitler constitue un danger pour l'humanité. Maurice Bavaud est condamné à la guillotine et la diplomatie helvétique, notamment l'ambassadeur suisse à Berlin Hans Fröhlicher, n'apportera aucune aide au détenu. Maurice Bavaud est exécuté le 14 mai 1941.

La famille de Maurice Bavaud tente d'obtenir sa réhabilitation mais ce n'est qu'en 2008 que le président de la Confédération de l'époque Pascal Couchepin rendra officiellement hommage à Maurice Bavaud.

  • Journaliste: Jacques Boffort
    Réalisateur: Paul Siegrist