James Ellroy

L'écrivain américain James Ellroy en 1990.
  • Vidéo 5 min.

"L.A. Confidential,  c’est mon œuvre majeure, c’est l’histoire sombre, démoniaque, infernale, tordue, vicelarde, pleine de sexe de trois flics démoniaques de Los Angeles entre 1951 et 1958, c’est un livre pour toute la famille, si tu appartiens à la famille de Charles Manson". En une petite phrase, l'auteur américain James Ellroy définit l'âme noire de son roman, vertigineux et absolument exceptionnel.

Après Le Dahlia Noir et Le Grand Nulle part, c'est avec L.A. Confidential, la publication du 3e volet du Quatuor de Los Angeles, un quatuor que l'écrivain achèvera en 1991 avec White Jazz,  publié aux éditions Rivages/Noir.

En octobre 1990, une année après une précédente interview réalisée dans une chambre de New-York, le journaliste Pierre-Pascal Rossi retrouve James Ellroy à la Foire du Livre de Francfort pour l'émission littéraire Hôtel.

James Ellroy, de son vrai nom Lee Earle Elroy, naît le 4 mars 1948 à Los Angeles. Ses parents divorcent six ans plus tard. Sa mère obtient la garde de l'enfant et celui-ci a dix ans lorsqu'elle emménage dans un quartier populaire de Los Angeles.

Geneva Hilliker Ellroy, sa mère, est assassinée le 22 juin 1958. L'assassin ne sera jamais arrêté. James Ellroy est confié à son père et il est livré à lui-même. Il sombre peu à peu dans la délinquance.

Il vit plus de dix ans sans domicile, parfois dans de petites chambres d'hôtel miteuses, de boulots sporadiques, de larcins, dormant dans les parcs, s'introduisant chez les gens, moins pour cambrioler, que pour ressentir le grand frisson, déclarera-t-il plus tard. En 1975, un abcès  au poumon ainsi qu'une double pneumonie le font renoncer aux abus d'alcool.

Explorateur des bas-fonds de Los Angeles et de l'âme humaine, James Ellroy commence à écrire tardivement. Hanté par le meurtre non élucidé de sa mère, ses premiers romans sont marqués par la figure maternelle, auquel peut être associé par exemple le personnage du Dalhia Noir, victime atrocement mutilée du roman éponyme qu'il publie en 1987.

Sa ville natale sert non seulement de décors à des œuvres comme L.A. Confidential, mais devient un personnage à part entière avec son identité, ses secrets et son histoire.  Il y dépeint une Amérique coupable, gangrenée par la violence et la corruption.

Devenu une référence du roman noir, James Ellroy inspire nombre de réalisateurs comme Curtis Hanson ou Brian de Palma qui prennent un malin plaisir à recréer l'univers sombre de son oeuvre.

  • Journaliste : Pierre-Pascal Rossi