George Steiner (2)

George Steiner en 1998.

Une enfance marquée par le bonheur de l'impossible: dans ce deuxième épisode d'une série de treize entretiens, George Steiner évoque son handicap à un bras et le principe pédagogique de sa mère le forçant à lutter et à vaincre cette infirmité. Sa mère encore, une Viennoise polyglotte, aura permis à George Steiner de disposer de trois langues maternelles. Son père, lui, fera découvrir le grec ancien au petit George à peine âgé de six ans.

Ainsi pour le philosophe, Babel n'est pas une punition mais bien une récompense car changer de langue permet de supporter la monotonie de notre condition biologique: dans Après Babel, George Steiner proposera une philosophie du langage et de la traduction.

  • Journaliste: Guillaume Chenevière