Hugues Cuenod

Hugues Cuenod

"J'étais très superficiel et très mondain", "J'avais une voix de vers de terre", "Je me suis laissé ballotter par les choses", le moins que l'on puisse dire c'est que lorsque Hugues Cuenod parle de lui-même, l'auto-congratulation ne fait  pas partie de son répertoire.

De son appartement sur la place du Marché à Vevey, il a été témoin de cinq Fêtes des Vignerons. Sa carrière l'a amené sur les routes d'Europe et d'Amérique. Il a connu, aimé, admiré Camille Saint-Saëns, Ignacy Paderewski, Nadia Boulanger, Igor Stravinsky, Ernest Ansermet et bien d'autres encore. Chacune de ces rencontres a été pour lui source de joies et d'enrichissement professionnel.

Plus que son étonnante longévité, c'est sans doute son éclectisme musical qui étonne. mais il prend sens lorsqu'il reconnaît n'avoir eu que peu d'influence sur les choses, de ne pas non plus avoir été influencé par elles,  mais avoir suivi un itinéraire guidé par le bonheur et la curiosité.

Hugues-Adhémar Cuénod est né le 26 juin 1902 à Corseaux et décédé le 6 décembre 2010 à Vevey. Adulte, il étudie la musique aux conservatoire de Genève et de Bâle, puis à Vienne. Le chant arrive relativement tard dans son parcours.

Dans les années 30 il interprète notamment des oeuvres de Stravinski, Markevitch ou Honegger. Sa rencontre avec Nadia Boulanger dans les années 40 le pousse à étendre son répertoire vers la musique ancienne. En 1951, aux côtés d'Elisabeth Schwarzkopf, il participe à la création de The Rake's Progress d'Igor Stravinski. Il interprétera l'un de ses derniers rôles à 85 ans au Metropolitan Opera de New York.

Le jour de son 105ème anniversaire, Hugues Cuénod a signé un partenariat enregistré avec son compagnon depuis 25 ans.

  • Journaliste: Jean-Paul Cateau