Robert Chappelet

Le destin particulier de Robert Chappelet.

Le Valaisan Robert Chappelet a connu une vie aventureuse: exerçant diverses professions, il finit par partir en mission au Tibet en 1933 pour construire un hospice sous l'égide des chanoines du Grand-St-Bernard. Avant de retourner en Inde, à pied et d'être formé par les services américains de l'OSS.

Chappelet raconte... Et c'est digne d'un roman.

Vous trouverez en lien de ce document la 2e partie de cet entretien.

Né le 22 juin 1908, Robert Chappelet est originaire de St-Maurice en Valais. Après quelques années passées aux USA, Robert, dit Bob, revient dans son canton d'origine et travaille comme contremaître sur la route Sierre - Vissoie.

Il s'engage comme missionnaire laïc et part pour le Tibet en 1933 avec des pères de la Congrégation des Chanoines du Gd-St-Bernard. Chappelet y travaille notamment à la construction d'un hospice au col du Latsa. Durant cinq ans il accompagne les religieux, avant de quitter la mission et de s'installer dans la vallée tibétaine de la Salouen. Une fois ses économies épuisées, Robert Chappelet s'engage dans les service des renseignements américains qui travaillent en Chine. Puis son engagement terminé il rejoint le Tibet d'où les communistes chinois au pouvoir l'expulsent en compagnie des missionnaires. Chappelet rentre alors en Suisse.

Interprète dans la Commission d'armistice entre les deux Corée pendant un temps, il doit être rapatrié en raison d'une maladie des yeux qui le laissera aveugle.

Robert Chappelet s'éteint à Ecublens le 10 août 1988.

  • Journaliste: Jean-Pierre Goretta