Oualata (1)

Elle fut une des villes les plus brillantes du Sahara.

Oualata ou le temps suspendu

De nos jours, ce n'est pas une mince affaire que d'atteindre Oualata. C'est au bout d'une méchante piste, dont le vent de sable efface souvent la trace, qu'on arrive à cette petite cité perdue en plein Sahara, au sud-est de la Mauritanie.

Bien qu'en partie ruinée, Oualata est aujourd'hui encore le vivant reflet de sa splendeur passée. Car elle fut une des villes les plus brillantes du Sahara. Si elle est restée un haut lieu spirituel, elle fut aussi jadis un marché prospère, peuplé de riches bourgeois commerçants, un important carrefour sur les routes des caravanes qui faisaient escale en grand nombre autour de ses puits.

De fait, Oualata fut grande, matériellement et spirituellement. Mais avec la motorisation, les voies commerciales se sont détournées d'elle. Les riches caravaniers n'y font plus escale. Seuls les nomades viennent encore à ses puits abreuver leurs chameaux et faire provision d'eau.

Oubliée dans son coin de désert, Oualata s'est repliée sur elle-même. Son isolement en a fait un morceau du passé demeuré vivant en plein XXe siècle. Le temps s'y est arrêté. Pour les habitants qui sont restés, la vie se répète inlassablement sur un rythme millénaire, régi par les lois d'un Coran dont on observe scrupuleusement les préceptes. De là vient cette influence spirituelle que la cité exerce encore sur les croyants qui veulent approfondir leur foi selon la tradition la plus rigoureuse.

  • Réalisateur: Pierre Barde