Léopold Sédar Senghor

Grand homme politique, il se veut avant tout chantre du métissage.

En 1982, l'émission Destins trace le portrait d'une personnalité d'envergure de la politique africaine et de la littérature francophone: Léopold Sédar Senghor, poète et ancien président du Sénégal.

La deuxième partie de cette émission décrit la retraite studieuse de l'homme politique entre Dakar et la Normandie, une retraite consacrée principalement à l'écriture. Le poète et l'homme s'y confient avec simplicité.

Sur le plateau, avec le journaliste Claude Torracinta, Léopold Sédar Senghor fait appel à son érudition pour rétablir l'image de l'Afrique mise à mal par les crises politiques et économiques qui assaillent le continent. Rappelant tout ce que le monde occidental doit à la négritude, il propose également une relecture africaine des apports de l'Occident.

Entre Occident et Afrique noire, entre politique et poésie, le maître mot chez Léopold Sédar Senghor est sans doute celui de «métissage».

Léopold Sédar Senghor est né le 9 octobre 1906 à Joal, ancien comptoir au sud de Dakar. Arrivé à Paris à l'aube des années 30, il suit l'itinéraire des enfants doués: le lycée, les racines grecques et la section classique. Il prépare l'Ecole normale supérieure Louis-le-Grand et poursuit ses études à la Cité universitaire. Il obtient en 1933 la nationalité française.

En 1934, il fonde un journal l'Etudiant noir puis plus tard, en 1947, il sera avec Alioune Diop à l'origine de la célèbre revue Présence africaine qui défend la négritude et l'écriture africaine. En 1935, il devient le premier Africain reçu à l'agrégation de grammaire. Professeur de français à Tours puis à Saint-Maur, il se consacre à la poésie.

En 1945, il s'engage en politique et participe à la mise en forme de la Constitution de la IVe République. Il crée le Bloc démocratique sénégalais (BDS) afin de tenir compte des réalités rurales africaines. En 1951, le BDS emporte les législatives. Le poète devient alors l'homme politique le plus populaire du Sénégal.

En 1960, Senghor est élu président. Il sera réélu en 1963, 1968, 1973 et en 1978 malgré l'émergence de deux partis politiques dont le Parti démocratique du Sénégal (PDS).

Il est élu à l'Académie française, le 2 juin 1983.

Il meurt le 20 décembre 2001 à l'âge de 95 ans.

  • Journalistes: Claude Torracinta et Guy Ackermann
    Réalisateur: Jean-Pierre Moutier