Le radicalisme révolutionnaire

James Fazy est le grand artisan de la révolution radicale à Genève en 1846. [RTS]
  • Politique suisse
  • Vidéo 7 min.

1 juin 1964

Découverte de la Suisse

Le radicalisme connaît son âge d'or au XIXe siècle. Les pays européens alternent alors entre monarchies et républiques. Le mouvement radical veut instaurer des républiques modernes, par la force s'il le faut.

L’émission Découverte de la Suisse s’intéresse ici à la révolution de 1846 à Genève. Un homme est à sa tête: le radical James Fazy. Il s’oppose aux conservateurs tels que l’auteur de bandes dessinées Rodolphe Töpffer. Fazy renverse le gouvernement et établit une nouvelle constitution à Genève.

La révolution radicale genevoise permettra aux cantons de la Diète de déclarer la guerre aux cantons catholiques réunis sous l’alliance du Sonderbund.

La coalition du Sonderbund réunit en 1845 sept cantons conservateurs et catholiques (Uri, Schwytz, Unterwald, Lucerne, Zoug, Fribourg et Valais). Elle a pour but de défendre leurs intérêts contre les radicaux progressistes et anticatholiques des autres cantons. De l’autre côté, la Diète fédérale veut la dissolution du Sonderbund qu’elle considère comme une violation du Pacte fédéral.

La guerre est inévitable. Le général genevois Guillaume-Henri Dufour prend le commandement de l’armée fédérale en 1847. A l’issue des 26 jours de conflits, le Sonderbund est défait.

La nouvelle constitution est rédigée début 1848 et sera approuvée par quinze cantons et demi contre six et demi. La Suisse se donne alors un gouvernement plus centralisé et de nouvelles institutions. La constitution fait de la Suisse un pays moderne. Elle porte la marque des radicaux qui occupent alors les sept sièges du Conseil fédéral.