Marcelle Cahn

Marcelle Cahn au travail en 1976.

C’est une belle rencontre proposée dans cette édition de Clés du regard en 1976. Marcelle Cahn est une artiste qui joue « le grand jeu de l’art » selon son ami Michel Seuphor.

« Je dessine quelque chose, et je m’envole » dit-elle d’un air enfantin. Adorant les couleurs et surtout le gris, le blanc et le noir, l'artiste insiste: ce sont bien des couleurs!

Gottfried Honegger qui a répertorié ses œuvres ainsi que son ami l’historien de l’art Michel Seuphor se rejoignent pour dire que Marcelle Cahn a consacré sa vie à l'art.

« J’aimerais vivre toujours » lâche-t-elle en fin d'entretien. Cette artiste a vécu en tout cas intensément et avait un regard aiguisé sur le monde. Il faut l’entendre parler du statut des femmes et de son évolution!

Elle s'éclipsera en 1981.

Marcelle Cahn est née à Strasbourg le 1er mars 1895. Elle vit une enfance studieuse où elle apprend à dessiner, à peindre, à jouer du violon et du piano. Elle suivra des études littéraires et philosophiques à l’Université de Strasbourg. En 1925, à Paris, l’artiste fréquente l'Académie de la Grande Chaumière. Elle expose à partir de 1926, au Salon des Artistes Indépendants.

En 1929, Michel Seuphor invite Marcelle Cahn dans le groupe Cercle et Carré. Elle expose et fait la connaissance de Hans Arp, Sophie Taeuber-Arp, Piet Mondrian, Vassily Kandinsky et d’autres encore.

À partir de 1947, elle ne cesse de créer, d'expérimenter, animée d'un esprit novateur sous-tendu par une vie intérieure riche et discrète.

Ses dessins deviennent géométriques, linéaires, des collages, des tableaux-reliefs, des tableaux linéaires, des collages sur photos, des tableaux-sphères, des spatiaux et à la fin de sa vie des collages de plus en plus petits.

Elle s'éteint à l'âge de 86 ans, le 21 septembre 1981.

  • Journaliste: Pierre Gisling
    Réalisateur: Louis Barby