Luchino Visconti

Luchino Visconti

Durant le Festival de Cannes de 1963, Rodolphe-Maurice Arlaud, qui présente l'émission Le cinéma et ses hommes, interviewe Luchino Visconti. Son film Le Guépard, tiré du livre de Giuseppe Tomasi di Lampedusa, est en compétition.

Rodolphe-Maurice Arlaud semble chercher les réponses qu'il attend du réalisateur alors que Visconti se dérobe, refusant de se confier et même d'envisager obtenir un prix. Le Guépard remportera la Palme d'or.

Luchino Visconti est né à Milan en 1906. Au début des années trente, il travaille en France avec Jean Renoir dont il est l'assistant. Avec Les Amants diaboliques (1942), il dote le cinéma italien de la première grande oeuvre du néoréalisme. En 1948, il tourne une trilogie inspirée de la misère des pêcheurs siciliens. Sur le mode de la fiction plus élaborée, Rocco et ses frères (1960), deuxième partie par cette trilogie, illustre la décadence irrémédiable d'une famille paysanne.

Avec Senso (1954) et Le Guépard (1963), il signe deux de ses chefs-d'oeuvre, fresques composées en hommage à l'Italie du Risorgimento, véritables ciné-opéras remarquables par leur beauté plastique, leur lyrisme et la profondeur de leur vérité psychologique.

Son attirance pour tout ce qui fuit et se dégrade, pour la décrépitude et la mort trouve avec Les Damnés (1969), Mort à Venise (d'après une nouvelle de Thomas Mann, 1971), et Ludwig, le crépuscule des dieux (1972) une cohérence et une lucidité qui font de lui un des plus grands cinéastes du XXe siècle. Car son oeuvre aura donné au cinéma, en plus d'une magistrale leçon esthétique, une galerie de personnages profonds, au destin marqué par leur appartenance à leur milieu paysan ou aristocratique.

Il s'éteint à Rome en 1976.

  • Journaliste: Rodolphe-Maurice Arlaud
    Réalisateur: François Bardet