Après Karajan

Le pianiste Alexis Weissenberg évoque le rôle de Karajan.
  • Culture et Arts
  • Vidéo 9 min.

5 septembre 1999

Cadences



Le pianiste Alexis Weissenberg évoque la personnalité du chef d'orchestre à l'occasion des 10 ans de sa mort.


Né à Salzbourg le 5 avril 1908, Herbert von Karajan fut un des chefs d'orchestre les plus connus et les plus enregistré du XXe siècle, avec plus de 1'000 enregistrements sur disques. Son répertoire allait du baroque à la musique du XXe siècle, mais sa renommée reste essentiellement liée au grand répertoire germanique, particulièrement Beethoven, Brahms, Wagner, Richard Strauss.


L'ensemble de sa carrière a été liée à son association avec l'Orchestre philharmonique de Berlin qui débuta en 1938 pour ne se terminer que trois mois avant sa mort, au moment où il claqua la porte de l'institution, désavoué par ses musiciens suite à plusieurs désaccords. Il fut également directeur artistique de l'Opéra de Vienne (1957 – 1964) et du très prestigieux et sélect Festival de Salzbourg (1956 – 1960). Dès le début de sa carrière, il a également très régulièrement dirigé l'Orchestre philharmonique de Vienne.


Féru de nouvelles technologies, Karajan a suivi toute l'évolution de l'audiovisuel, du 78 tours à l'enregistrement digital. Il devint producteur de films de concerts et d'opéras, réalisa le premier enregistrement numérique de la Flûte enchantée, et lança le CD-audio lors du Festival de Pâques de Salzbourg en 1981, un an avant sa mise sur le marché. Il fonda sa propre maison d'édition, qui lui permit ainsi de contrôler entièrement le son et l'image.


Karajan est mort le 16 juillet 1989, ses derniers enregistrement étant le 1er Concerto pour piano de Tchaikovski avec Evegny Kissin et la Philharmonie de Berlin, et la 7e Symphonie de Bruckner avec la Philharmonie de Vienne.