Entre peur et espoirs

Le professeur Lacassagne incarne l'espoir du nucléaire.

Le professeur Lacassagne répond aux questions sur l'utilisation biologique des radiations ionisantes à l'occasion de l'Année géophysique internationale en 1959. Ce chercheur, médecin et biologiste, participe aux recherches sur les effets des radiations menées par l'Institut du radium de Marie Curie.

L'espoir placé dans la science nucléaire, en matière médicale et énergétique, l'emporte sur les craintes d'une utilisation militaire dévastatrice de l'énergie atomique.

Antoine Lacassagne est un médecin et biologiste français, né dans la Loire le 29 août 1884 et mort le 16 décembre 1971 à Paris.

Issu d'une famille de médecins, il suit la tradition familiale et fait des études de médecine à Lyon. Après avoir défendu sa thèse sur les effets des rayons X, il devient, en 1913, assistant à l'Institut du radium à Paris aux côtés de Marie Curie.

Durant son activité au pavillon Pasteur de l'institut du radium, il travaille à mettre au point des techniques de traitements des cancers par des radiations ionisantes.

En 1937, il prend la direction de l'Institut du radium, qu'il dirige jusqu'en 1954. Professeur au Collège de France dès 1941, à la chaire de radiobiologie expérimentale, il est élu membre de l'Académie de médecine en 1948 et de l'Académie des sciences en 1949.

Une fois à la retraite, il assure la présidence de la Ligue française contre le cancer de 1956 à sa mort en 1971.

  • Journaliste: Alexandre Burger