Désir de Narcisse

Le lien entre l'individu et son corps vue par Jean Starobinski. [RTS]
  • Mode de vie
  • Vidéo 16 min.

22 avril 1989

Culture

Tourné en 1989, le portrait de Mylène, une jeune collégienne de 19 ans pratiquant le sport avec passion, donne le prétexte à une pertinente analyse du professeur genevois de littérature Jean Starobinski.

Commentant l'évolution de la relation entre l'individu et son corps à travers les siècles, Jean Starobinski émet une mise garde: la tendance actuelle d'une pratique sportive intensive peut aboutir au narcissisme, une exaltation du corps qui s'auto-alimente, une aliénation mentale qui mène à terme à un «enfermement» et un stérile «monologue avec soi-même» menaçant alors la relation avec le dehors et autrui.



Jean Starobinski, «Staro» pour ses élèves, est un des plus éminents représentants de l'école de Genève de la critique littéraire. Venant de Varsovie, sa famille s'est installée à Genève en 1913. Jean Starobinski naît en 1920.



Après avoir suivi des études de lettres classiques, il fait, entre 1942-1948, des études de médecine et travaille comme interne à l'Hôpital Cantonal de Genève, puis à l'hôpital psychiatrique de Cery, à Lausanne, sans toutefois renoncer à poursuivre ses études littéraires. Cette double passion pour la médecine et les lettres le conduit à l'Université Johns Hopkins de Baltimore où il enseigne la critique littéraire et achève une thèse très novatrice en littérature française: «Jean-Jacques Rousseau: la transparence et l'obstacle» (Paris, Plon 1957). Il continue à s'intéresser à la médecine, et en particulier à la psychiatrie. De cette passion naîtra sa thèse de médecine consacrée à l'histoire du traitement de la mélancolie (1960).


De retour à Genève, en 1958, il donne à la Faculté de lettres de l'Université des cours d'histoire des idées et d'histoire de la médecine et il est nommée, en 1962, professeur de littérature française, enseignement qu'il poursuit jusqu'à sa retraite en 1985. Membre de nombreuses sociétés savantes et, depuis 1967, président des Rencontres Internationales de Genève censées renouer après la guerre les liens entre cultures, Jean Starobinski est l'auteur de travaux critiques mondialement reconnus.


Docteur honoris causa de quinze universités, il a reçu les plus prestigieuses distinctions internationales, parmi lesquelles le Prix Balzan (1984), la plus haute récompense qu'un critique littéraire puisse obtenir. Il a récemment versé ses archives privées à la Bibliothèque Nationale de Berne.