Modifié le 03 octobre 2018

Que la couleur soit!

Que la couleur soit.
Que la couleur soit. [RTS]
Le 1er octobre 1968, la Télévision Suisse Romande franchit le pas de la couleur... La Suisse romande est alors encore peu équipée en récepteurs adaptés: aussi le noir et blanc fera ainsi encore quelque temps écran commun avec les belles images colorées. Et certains se demandent même si cette nouveauté a un avenir!

Le miracle de la couleur

Un an tout juste après la télévision française, le 1er octobre 1968, marque en effet le début officiel de la couleur dans les programmes de la Télévision suisse, salué par le directeur de la SSR Marcel Bezençon et le conseiller fédéral Roger Bonvin. Pour ne laisser aucun doute sur cette ère nouvelle, une gerbe de fleurs et les speakerines des quatre régions linguistiques arborent les couleurs les plus chatoyantes.

Le miracle de la couleur
Télé journal - Publié le 01 octobre 1993

Cette innovation sur le petit écran helvétique valait bien une envolée lyrique du service de presse de la TSR :

«La vision de la nature et de la vie qui s'offre chaque jour à nos yeux n'est supportable que parce qu'elle s'irise de taches de couleur. Le paysage gris et sombre de certaines contrées n'a été chanté par le poète que parce qu'il traduisait un insondable abîme de souffrance ou parce qu'au milieu d'un tas de cendres émergeait, emplis d'espérance, la corolle d'une pâquerette ou les pétales flamboyants d'un pavot.»

Le service de presse de la TSR

A l'avènement de la nouveauté, seules six heures de couleur par semaine sont diffusées et certains téléspectateurs sont déçus du peu de fidélité des teintes. Les programmes ne seront entièrement en couleur qu'à partir de 1973.

Une soirée spéciale

Quel est le programme de cette première soirée en couleur sur la TSR? Les sujets ont été choisis avec éclectisme:un feuilleton historique (Le Moyne d'Iverbille), un spectacle de variétés musicales (Holiday in Switzerland), un film d'aventure (L'homme de fer) et la première émission d'un nouveau cycle de L'homme à la recherche de son passé, réalisée par Pierre Barde et Henri Stierlin et consacrée à l'Iran.

Persépolis en 1968.
Homme à la recherche de son passé - Publié le 01 octobre 1968

Les premiers essais

On songeait à cette innovation depuis quelque temps déjà à la TSR et il fallait bien la tester: cette interview de René Schenker, directeur de la TSR, est tournée en couleur (la preuve), mais elle est diffusée en noir et blanc. Pourquoi alors utiliser de la pellicule couleur? Mais pour offrir au cameraman un bon exercice, d'où ces plans répétées sur le bouquet de forsythia ou sur les deux livres rouges placés sur le bureau du directeur. Cela donne à cet entretien un côté décalé où le cameran prend une liberté un rien insolente...

René Schenker se prête à un essai de la TV en couleur.
Carrefour - Publié le 23 mars 1967

Nouvelle étape, le 27 avril 1967, profitant du 7e Festival international de la Rose d'or de Montreux, la SSR et les PTT lancent une émission expérimentale de Carrefour en couleur.

Enfin la couleur
Carrefour - Publié le 27 avril 1967

En 1968, durant le Comptoir suisse de Lausanne, des émissions de la TSR sont diffusées matin et après-midi en couleur.

Onéreuse, la couleur

5'440 francs, voilà le prix d'un poste de télévision couleur fabriqué en Belgique et vendu en Suisse. Le choix des fabricants est clair, la qualité avant tout.  Mais pour les téléspectateurs, du moins ceux qui en ont les moyens, il faut peser le pour et le contre. Dans le Radio TV Je vois tout du 3 octobre 1968, c'est ce que fait un journaliste... un certain Pierre-Pascal Rossi.

Contre: le prix d'achat trop élevé, la qualité des couleurs trop variable, un réglage délicat, l'utilisation coûteuse en noir blanc d'un poste couleur... Pour: le progrès, la dimension supplémentaire de l'image, les nuances mises à disposition du réalisateur...

L'avenir de la télévision couleur est alors suspendu à ces réponses.

Publié le 03 octobre 2018 - Modifié le 03 octobre 2018