Levée d'immunité

Le général chilien Augusto Pinochet.

Le 7 mai 2006, l'émission radiophonique Ecoutez voir donne la parole au juge chilien Juan Guzman, qui a instruit pendant sept ans les affaires concernant le général Augusto Pinochet.

Comment faire pour que les chefs d'Etat soient redevables de leurs actes présents et passés? Telle est la préoccupation du juge chilien, auteur de l'ouvrage Au bord du monde. Les mémoires du juge Pinochet (Ed. Les Arènes, 2005).

Selon lui, le Chili a perdu l'occasion de montrer au monde qu'un dictateur peut être jugé et puni. Cependant la levée de l'immunité du général Pinochet le 25 novembre 1998 et son arrestation à Londres, a marqué une étape pour la justice pénale internationale. La chambre des Lords a jugé que des actes publics accomplis par un chef d'Etat pouvaient faire l'objet de poursuites lorsqu'ils ne relèvent pas des compétences de l'Etat.

(Source photo: Biblioteca del Congreso Nacional de Chile)

Le 11 septembre 1973, Augusto Pinochet, alors général de l'armée chilienne, prend le pouvoir lors d'un coup d'Etat mené contre le président Salvador Allende. Ce putsch est suivi d'une vague de répression baptisée "la caravane de la mort" au cours de laquelle au moins 75 prisonniers politiques sont exécutés sans procès. De 1973 à 1990, le général Pinochet dirige le Chili, une période marquée par un grand nombre de disparitions et d'assassinats politiques. A partir de 1990, il est nommé sénateur à vie et reste commandant en chef de l'armée de terre jusqu'en 1998. Au cours de ces huit années, il n'est pas inquiété par les autorités judiciaires de son pays.

C'est en Europe que "l'affaire Pinochet" voit le jour. Le 16 octobre 1998, le général chilien est arrêté à Londres et fait l'objet d'une demande d'extradition de l'Espagne, à l'initiative du juge Garzon, pour génocide, tortures et disparitions. Pendant plus d'un an, le dossier est examiné par des instances judiciaires britanniques. Le 2 mars 2000, il est finalement libéré pour "raisons médicales". Dès son retour au Chili, Pinochet est l'objet de poursuites judiciaires menées par le juge Juan Guzman Tapia. Ses avocats invoquent pour sa défense son état de santé mentale.

L'ancien chef d'Etat chilien meurt le 10 décembre 2006 sans avoir été jugé mais le traitement judiciaire a fait progresser la justice pénale internationale sur deux points: la remise en cause de l'immunité des anciens chefs d'Etat et l'application du principe de la compétence universelle.

  • Journaliste: Francesca Argiroffo