Face au peuple

Palais fédéral [TSR 1954 - RTS]
  • Audio 6 min.

23 novembre 1944

De tout et de rien

Les Suisses respectent leurs dirigeants, mais ils en exigent beaucoup.


Pour de nombreux citoyens, un conseiller fédéral doit être populaire, facilement abordable, d'humeur joviale et de langage simple et familier.


Et Léon Savary conclut, non sans sarcasme "ce que j'admire le plus c'est qu'il y ait encore des hommes intelligents et énergiques décidés à accepter une charge telle que celle de conseiller fédéral. Il y en a de fait et même il y en a quelque fois un peu plus qu'il n'en faut..."


Cette causerie de Léon Savary, journaliste et écrivain est proposée en novembre 1944 dans l'émission radiophonique De tout et de rien.


(Source photo: TSR 1954)


Né le 29 avril 1895 à Fleurier dans le canton de Neuchâtel, Léon Savary connaît un destin étonnant. Fils d'un pasteur vaudois et d'une baronne balte, il se convertit au catholicisme et séjourne de nombreuses années à Fribourg où il fréquente le collège Saint-Michel et l'Université. Il poursuit une carrière de journaliste et d'écrivain à Genève, puis à Berne et Paris comme correspondant de la Tribune de Genève.


Erudit, sarcastique, Léon Savary est un observateur privilégié des moeurs politiques de ce pays. Il est pendant plus de dix ans correspondant à Berne et connaît bien les arcanes du Conseil fédéral et des Chambres. On lui doit par exemple un pamphlet politique intitulé Voulez-vous être conseiller national? (Editions Jack Rollan, 1958).


Auteur d'une vingtaine d'ouvrages, il marque son époque par son indépendance d'esprit et sa personnalité contrastée. C'est un polémiste redoutable, un esprit vif et cultivé.


En 1944, il est l'un des membres fondateurs de l'Association vaudoise des écrivains et reçoit en 1960 le prix Schiller pour l'ensemble de son oeuvre.


Léon Savary décède le 17 février 1968 à Boudry et est enterré à Estavayer-le-Lac.