Parole aux animalistes

Défilé de la Veggie Pride à Genève en mai 2013. [RTS]
  • Enjeux de société
  • Audio 27 min.

28 octobre 2013

A vue d'esprit

"Des êtres vivants sensibles traités comme de la marchandise", c'est ce que refuse Amandine. Cette dernière est une végétalienne qui manifeste pour la libération des animaux.

En mai 2013 a eu lieu à Genève la Veggie Pride. L'équipe de l'émission radio A vue d'Esprit s'est rendue à ce rendez-vous des Vegans. Elle s'est surtout intéressée aux plus radicaux d'entre eux: les animalistes. Explications de texte.

Végétarien, végétalien, vegan, animaliste. Que de termes pour des réalités diverses mais qui se recoupent. Un petit glossaire s'impose.

Tout d'abord, le noyau central est constitué par le végétarisme - ne pas manger de chair animale, ni viande, ni poisson. Puis s'ajoutent de nouvelles restrictions alimentaires pour le végétalisme. Les végétaliens excluent également les sous-produits d'origine animale comme les oeufs, le lait et le miel.

En ce qui concerne le véganisme - terme dérivé du mot anglais vegan - l'engagement dépasse le régime alimentaire et implique des choix éthiques plus larges qui sont fondés sur le refus de tout produit issu de l'exploitation animale. Cela impose non seulement un régime végétalien mais aussi le refus de la fourrure, du cuir, de la laine, de la soie.

Enfin, avec l'animalisme nous entrons dans une vision philosophique du statut de l'animal et un militantisme politique pour leur libération. Les animaux sont considérés comme des êtres vivants et sensibles avec des droits et envers lesquels les humains ont des devoirs. Les animalistes remettent en question l'exploitation animale pour la consommation et considère qu'il s'agit d'une problématique qui dépasse le choix personnel mais concerne la société dans son ensemble.