Le Qatar en mutation

Le journaliste Bernard Laurent, alias Laurent Marti

Du 19 septembre au 13 octobre 1961, Bernard Laurent parcourt les pays du Golfe Persique et en ramène sept reportages sur le Koweit, l'Arabie Saoudite, la Côte des Pirates, les sultanats de Muscat et d'Oman.

Dans ce cinquième épisode, il nous raconte son arrivée plutôt décevante à Doha, capitale du minuscule état du Qatar, qui n'arbore alors pas encore la brillance qu'elle revêtira plus tard. Mais le pétrole a déjà rendu le Cheikh et une partie de la population très riches.

Pour Bernard Laurent, l'échange avec ses interlocuteurs est parfois difficile: l'appareil photo est hautement suspect, de même que l'enregistreur. Le Cheikh refusera d'ailleurs d'être enregistré, et ses réponses écrites seront lues par le traducteur.

(Source photo: Radio-Genève 1958)

De 1957 à 1964, un reporter nommé Bernard Laurent sillonne le monde pour le compte de Radio-Genève. Redécouverts grâce à la numérisation des bandes magnétiques, ses reportages de terrain frappent par leur qualité : le Sahara, le Golfe persique, l’Italie, Haïti, la Bulgarie, l’Egypte et bien d’autres lieux sont visités micro en main. Avec ses sons d’ambiance, ses dialogues avec les habitants, sa narration pittoresque de la découverte des lieux, son sens de l’aventure et de l’écoute, Bernard Laurent a su imager le monde pour des auditeurs encore peu dépendants de la télévision.

Dès 1964, alliant sa passion du voyage et son besoin d'être utile sur le terrain, il entre sous son vrai nom, Laurent Marti, au Comité International de la Croix-Rouge (CICR), en tant que délégué. Il y effectuera de nombreuses missions délicates et parfois périlleuses, dont il fera un récit en forme de fiction dans son livre Bonsoir mes victimes. Il sera par la suite le fondateur et le premier directeur du Musée de la Croix-Rouge, à Genève. 

  • Journaliste: Bernard Laurent