A travers le Sahara

Foggara dans l'oued Tamanrasset et l'agglomération vers 1950

Un des épisodes des aventures de Bernard Laurent dans le Sahara, au cours d'un voyage-reportage qui durera plusieurs semaines. Après une évocation sensiblement littéraire de la nostalgie française du Hoggar, on retrouve le reporter aux prises avec un émetteur dans une buanderie de Tamanrasset, cherchant le contact avec Genève via le Liban et la Suisse allemande.

Le lendemain, Laurent et son compagnon de route reprennent la piste à travers le désert, pris en stop par un camionneur et son fils.

(Photo: Tamanrasset. Source: Wikicommons)

De 1957 à 1964, un reporter nommé Bernard Laurent sillonne le monde pour le compte de Radio-Genève. Redécouverts grâce à la numérisation des bandes magnétiques, ses reportages de terrain frappent par leur qualité: le Sahara, le Golfe persique, l’Italie, Haïti, la Bulgarie, l’Egypte et bien d’autres lieux sont visités micro en main. Avec ses sons d’ambiance, ses dialogues avec les habitants, sa narration pittoresque de la découverte des lieux, son sens de l’aventure et de l’écoute, Bernard Laurent a su imager le monde pour des auditeurs encore peu dépendants de la télévision.

Dès 1964, alliant sa passion du voyage et son besoin d'être utile sur le terrain, il entre sous son vrai nom, Laurent Marti, au Comité International de la Croix-Rouge (CICR), en tant que délégué. Il y effectuera de nombreuses missions délicates et parfois périlleuses, dont il fera un récit en forme de fiction dans son livre Bonsoir mes victimes.  Il sera par la suite le fondateur et le premier directeur du Musée de la Croix-Rouge, à Genève. 

  • Journaliste: Bernard Laurent