Fonderie Paccard

Paccard savoyarde

En 1947, l'émission Reflets d'ici et d'ailleurs propose un reportage passionnant à la fonderie de cloches Paccard à Annecy-le-Vieux.


Le journaliste Henri Meyer de Stadelhofen rappelle la renommée mondiale de cette maison fondée par Antoine Paccard en 1796. Les cathédrales de New-York ou Tokyo ou, plus proche de nous, l'église Sainte-Croix de Carouge abritent une cloche des fondeurs d'Annecy.


Sur bruits de fond d'atelier, de marteau et d'enclume, les frères Paccard décrivent la technique complexe de fabrication des cloches: la réalisation du moule, l'extrême importance du tracé qui fera la personnalité musicale de la cloche, le rite de la coulée du métal et enfin la délicate opération de l'accordage. Car tout l'art du fondeur consiste à accorder les cinq harmonies qui se trouvent dans une seule et même cloche.


(Source photo: La Savoyarde, cloche du Sacré coeur, avec l'aimable autorisation du Musée Paccard)


L'histoire de la fonderie Paccard commence à Quintal après la Révolution.


L'église du village n'ayant plus de cloche, Antoine Paccard, alors maire et forgeron de métier, fait appel à un fondeur suisse itinérant, Jean-Baptiste Pitton, pour réaliser une nouvelle cloche. C'est ainsi que la famille Paccard se met à fabriquer des cloches, d'abord à Quintal puis à Annecy-le-Vieux au XIXe siècle, pour s'installer à Sévrier dans les années 1990.


La fonderie Paccard a coulé parmi les plus célèbres cloches de France et du monde avec notamment La Savoyarde (1891, Sacré-Coeur de Montmartre à Paris), la Jeanne-d'Arc (1914, cathédrale de Rouen), les 50 répliques de Liberty Belle (1950, USA), une Cloche de la Paix de 33 tonnes (2000, USA), la plus grosse sonnerie du monde constituée de trois cloches (1986, Ontario, Canada)...


Autant de cloches qui prouvent le savoir-faire irremplaçable d'une entreprise tenue depuis plus deux cents ans par la même famille.


  • Journaliste: Henri Meyer de Stadelhofen