Hafez el-Assad

L'homme fort de Damas, Hafez el-Assad, dans les années 70. [RTS]
  • Politique et Institutions
  • Audio 12 min.

14 novembre 1970

Miroir du monde

13 novembre 1970, dernier coup d'Etat en Syrie pour longtemps... C'est le général Hafez el-Assad qui, renversant le président en place depuis 1968, devient l'homme fort de Damas. Il le restera durant 30 ans.

Instaurant un régime autoritaire, basé sur le parti Baas, Hafez el-Assad contrôlera toute la vie politique syrienne, n'hésitant pas à faire oeuvre de répression violente et à mettre en place un système policier pour s'assurer une maîtrise incontestée du pouvoir. Cela jusqu'à sa mort le 10 juin 2000. Son fils Bachar el-Assad lui succédera dès juillet 2000.

Au lendemain du putsch de Hafez el-Assad, l'émission d'information radiophonique Miroir du monde envisage les différents scénarios pour l'avenir de la Syrie, du monde arabe et d'Israël.

(Source photo: TSR 1974)

Né en 1930 près de Lattarquié en Syrie, Hafez el-Assad est un général et un homme politique syrien.

Après une rapide ascension dans la hiérarchie militaire, Hafez el-Assad prend le pouvoir lors d'un putsch militaire le 13 novembre 1970 mettant fin à une longue période d'instabilité politique en Syrie. Devenu président de la République et secrétaire général du parti Baas en 1971, il se maintiendra au pouvoir durant 30 ans, jusqu'à sa mort en juin 2000.

Instaurant un régime fortement autoritaire, usant de la répression violente, d'un système policier et d'une vaste propagande personnelle, Hafez el-Assad contrôle la vie politique de son pays et assure à la Syrie un rôle de premier plan au Proche-Orient. Au début de sa présidence, la Syrie joue un rôle important lors de la guerre du Kippour en 1973. La politique de Hafez el-Assad sera dominée par la volonté de récupérer le plateau du Golan annexé par Israël lors de la Guerre des Six Jours en 1967.

Grâce à sa longévité politique et au conflit sans fin du Proche-Orient, il participera à nombre de sommets de paix avec différents présidents américains.

Il meurt en 2000, laissant le pouvoir à son fils Bachar el-Assad.