Sean Macbride

Seán MacBride en 1986

Ce que Seán MacBride retient du 20e siècle ce sont les deux guerres mondiales et une centaine d'autres guerres. A première vue, sa vision peut sembler pessimiste. Et pourtant cet homme dont le père a été fusillé par les Britanniques, en Irlande, alors qu'il a 12 ans - puis sa mère emprisonnée en 1918 - n'est autre que l'un des fondateurs d'Amnesty International et Prix Nobel de la paix en 1974.

Au moment de cette interview, Seán MacBride est inquiet d'une possible guerre nucléaire. Il croit très fortement à la mobilisation de l'opinion publique pour faire pression sur les gouvernements. Elle seule peut vraiment faire changer le cours des choses.

Le message qu'il laisse pour les jeunes : ne pas copier les générations précédentes et établir un nouvel ordre moral qui selon lui peut permettre la paix.

(Source photo : Gerrits, Roland / Anefo -  Dutch National Archives, The Hague, Fotocollectie Algemeen Nederlands Persbureau (ANeFo), 1945-1989)

Seán MacBride est né à Paris, en 1904, de parents engagés dans la lutte pour la libération de l'Irlande du joug britannique. Il a douze ans quand son père est fusillé par les Britanniques. Sa mère, elle-même emprisonnée en 1918, crée une association de soutien aux nationalistes Amnesty. Seán MacBride, rejoint en 1920, l'Irish Republican Army, tout en suivant des cours de droit. Il quitte le poste de chef d'état major de l'IRA et la lutte clandestine en 1936.

Il débute sa carrière d'avocat en 1937. Il se spécialise dans la défense des prisonniers politiques, puis la défense des prisonniers en général. Il sera également ministre irlandais des Affaires étrangères.

En 1960, il participe à la fondation de l'association Justice, sur l'appel de l'avocat britannique Peter Benenson, qui abouti à la création d’Amnesty International en 1962. Seán MacBride en sera le président du Comité international exécutif jusqu'en 1974, année où il reçoit le Prix Nobel de la Paix.

La dernière partie de sa vie, Seán MacBride va s'engager pour le Tiers-Monde, la paix et le désarmement.

Il est décédé le 15 janvier 1988 à Dublin.

(Source: Wikipédia)

  • Journaliste: Urs Gfeller