Démographe lucide

Alfred Sauvy en 1971.

"Auparavant l'homme dépendait de sa famille, aujourd'hui il compte sur la société et la sécurité sociale". Interrogé dans la rubrique Mémoires du siècle, une série radiophonique diffusée en 1986 dans le Journal de 13h, le démographe Alfred Sauvy ne regrette pas cet état de fait mais il constate que la population vieillit et prédit que cela aura des conséquences économiques et sociales.

Il observe également que l'accélération technique a été concomitante d'une croissance des besoins, si bien que les gens n'ont pas eu le sentiment d'être plus riches.

"La société a gagné en conscience", au-delà des difficultés qui ont jalonné le siècle, c'est ce que retient le démographe de ce 20e siècle.

(Source photo: TSR 1970)

Alfred Sauvy, né le 31 octobre 1898, est un sociologue français. Après la guerre, il entre à l'Ecole Polytechnique puis à la Statistique générale de la France. Fréquentant les milieux du théâtre, il écrit de petits scénarios. Il adhère aux thèses natalistes d'Adolphe Landry.

En 1938, il est conseiller du gouvernement Reynaud et participe à la réforme de la semaine de 40 heures instituée par Léon Blum. En 1943, il publie Richesse et population où il plaide pour une politique nataliste. Il collabore au magazine L'Express et conseille le gouvernement de Pierre Mendès France et sera professeur au Collège de France.

En économie, il est reconnu pour sa théorie du déversement: une théorie économique indiquant que des progrès techniques améliorant la productivité engendrent un transfert (déversement) des emplois d'un secteur d'activité vers un autre.

Il meurt le 30 octobre 1990 à Paris.