La Mission des Himalayas

Les chanoines missionnaires Gustave Rouiller, Auguste Schyr et à droite, Paul Thurler.

Dès 1934, les chanoines de l'abbaye de Saint-Maurice ont assuré une présence au Sikkim. Paul Thurler est parti en mission dans cet Etat du Nord de l'Inde en 1936. Il revient pour un temps de repos en 1946, en compagnie d'un autre confrère, Auguste Schyrr, qui lui va repartir avec d'autres chanoines.

Arrivé à Saint-Maurice le 26 avril, Paul Thurler donne une interview peu de temps après à Vico Rigassi. Il évoque ici essentiellement, le long trajet du retour, à travers l'Inde, puis à bord d'un bateau français jusqu'à Marseille. Cette partie du trajet a été particulièrement pénible. Partout où il a passé, les traces de la guerre sont encore présentes.

Cet homme éprouvé par ce voyage est visiblement soulagé d'arriver en Suisse, qui lui laisse une impression de lenteur, mais surtout de sécurité, de bien-être et d'organisation.

(Source photo: Archives de l'Abbaye de Saint-Maurice)

Sur le site namaste-india, on trouve l'historique suivant:

"En 1934, suite à une demande de Rome, l’Abbaye de Saint-Maurice a envoyé des missionnaires au pied de l’Himalaya, au nord-est de l’Inde pour prendre le relais des Missions étrangères de Paris « appelées en d’autres régions ».

De 1934 à 1994, l’Abbaye de Saint-Maurice a envoyé seize missionnaires qui ont développé l’Eglise catholique dans le district de Darjeeling, particulièrement dans la subdivision de Kalimpong. Cette mission a connu un heureux développement grâce à la construction d’ écoles, en particulier la Saint-George school à Pedong et la Saint-Augustin school à Kalimpong.

Largement ouvertes aux élèves d’autres religions, ces écoles ont permis la formation de nombreux responsables de la société et de l’économie locales. Sur le plan social, les aides et les structures mises en places ont permis aussi de soulager bien des misères.

Pour venir en aide aux familles pauvres, le Père Gressot a initié un projet de formation scolaire de la première enfance jusqu’à l’obtention d’un diplôme permettant d’exercer un métier. Après le retour des missionnaires en Suisse, et afin de poursuivre le projet de formation du Père Gressot, l’Abbaye de Saint-Maurice a fondé l’Association Namasté.  Les statuts ont été signés à Saint-Maurice le 23 novembre 2002.

Un correspondant local, d’abord le Père John Lasrado, décédé en 2010 et actuellement le Père Edward Baretto, se charge de la juste répartition des fonds et de l’efficience de l’œuvre Namasté au niveau de la formation des enfants."

(Source: http://www.namaste-india.ch)

  • Journaliste: Vico Rigassi