Des jeunes à sauver

Gilbert Cesbron en 1961. [RTS ]
  • Justice et Faits divers
  • Audio 12 min.

6 septembre 1954

Emission sans nom

Ecrivain chrétien engagé, Gilbert Cesbron consacre en 1954 son roman Chiens perdus sans collier à la question de la délinquance juvénile. A travers la fiction, il entend émouvoir le public pour instiller un sentiment d'injustice et faire évoluer les mentalités.

Ne plus regarder les enfants délinquants comme des voyous, mais comme des victimes de ces maux de la société française que sont la pénurie de logement, le chômage et l'alcoolisme. Dispositif porteur d'espoir, l'institution du juge des enfants est une pièce maîtresse dans l'évolution d'une société qui doit chercher davantage à sauver ses jeunes à la dérive plutôt qu'à s'en protéger.

C'est avec tendresse et une sincérité évidente que Cesbron se penche sur la pauvreté, la souffrance, l’humiliation des classes les plus défavorisées. Le public ne s'y trompera pas et réservera le meilleur accueil à ce roman dont 3'982'000 exemplaires seront vendus.

(Source photo: TSR 1961)