Le procureur Mornet

Le procureur de la République André Mornet. [Wikicommons]
  • Personnalités
  • Audio 16 min.

1 juin 1949

Emission sans nom

Procureur au long cours de la République française, André Mornet, en 1949, se souvient au micro de Claude Mairet de ses premières années au service de la justice. L'affaire Dreyfus, à laquelle il fut indirectement mêlé, la condamnation de Mata Hari, l'affaire Caillaux, ancien ministre soupçonné d'intelligence avec l'ennemi lors de la Première Guerre mondiale, sont évoqués.

La deuxième partie de cet entretien, dans laquelle il aurait sans doute parlé du procès de Pétain et de Laval, a malheureusement disparu.

(Source photo: Wikicommons)

André Mornet, né le 5 janvier 1870, à La Châtre dans l'Indre en France fut un procureur général de la République française.

Après une enfance passée dans un village berrichon, il poursuit à Paris des études juridiques et obtient sa thèse de doctorat en 1895. Devenu magistrat, il est nommé attaché au ministère de la Justice et chargé des questions relatives aux cultes jusqu’à sa promotion de substitut à Reims, en 1898.

En 1903, il devient substitut à Paris où il est considéré comme un magistrat brillant. En 1912, il accède au poste de substitut du procureur général avant d'être appelé lors de la Première guerre mondiale et affecté à différents conseils de guerre. Durant cette période, il instruit et fait juger de grosses affaires comme l'affaire Caillaux (1914) et la condamnation à mort de Mata-Hari (1917).

A la fin de la guerre, le capitaine Mornet rejoint la Cour de Paris avant d'endosser la fonction d'avocat général à la Cour de cassation en 1922. Il poursuit ensuite sa carrière comme représentant du ministère public et sera procureur général au procès du général Pétain en  juillet 1945 et de Pierre Laval en octobre 1945.

Il décède le 22 juillet 1955 à Nohant Vic en Berry.