Henriette Caillaux

Henriette Caillaux tirant sur Gaston Calmette le 16 mars 1914 [Wikicommons]
  • Société
  • Audio 31 min.

2 juin 1960

Emission sans nom

 Le 16 mars 1914, Gaston Calmette, rédacteur en chef du Figaro, est abattu par Henriette Caillaux, deuxième femme du ministre des Finances du Cabinet Doumergue, Joseph Caillaux. Excédée par une infamante campagne de presse que Le Figaro mène contre son mari depuis des mois, elle achète un browning, se rend au siège du journal et tire six balles sur Calmette, qui décède quelques heures plus tard.

On sait aujourd'hui que c'est Louis Barthou, Président du Conseil déchu, qui dirigeait la plume féroce de Calmette dans ses éditoriaux et qui lui fournissait les éléments diffamatoires, mais pas toujours inexacts, contre Joseph Caillaux. Celui-ci en effet, voulait faire passer à la Chambre et au Sénat son projet d'impôt sur le revenu, qui n'existait pas en 1914. Un tel impôt déplaisant souverainement aux partis de droite, de même qu'au Président Raymond Poincaré, son inventeur était devenu l'homme à abattre. En outre, Joseph Caillaux prônait la détente avec l'Allemagne de Guillaume II, ce qui lui attirait de nombreux ennemis politiques.

Tenu juste avant le déclenchement de la Grande Guerre, ce procès déboucha sur un invraisemblable acquittement. Mais Caillaux, affaibli, ne put atteindre la présidence du Conseil qui lui était promise suite aux élections d'avril 1914. Ses espoirs de paix furent ainsi anéantis par le geste fatal de son épouse.

(Photo: Couverture du "Petit Journal" du 29 mars 1914. Source: Wikicommons)

L'auteur du Procès de Madame Caillaux, Charles-Maurice Chenu, n'est autre que le fils de l'avocat de la partie civile lors de ce procès. On ne s'étonnera donc pas que sa version des faits soit en partie à charge.

Pourtant, il ne va pas jusqu'à soutenir la thèse du crime politique, brandie par les ennemis de Caillaux à l'époque. Les effets du geste d'Henriette Caillaux étant allés à fins contraires, on ne saurait soupçonner un homme de l'intelligence de Caillaux d'avoir ourdi une telle machination.