Patriote italien

Giuseppe Garibaldi.

En 1951, la petite-fille du général Giuseppe Garibaldi, Anita Italia Garibaldi, de retour d'un voyage en Amérique du Sud sur les traces de son grand-père, raconte.

Le séjour en Amérique du Sud du capitaine italien, la rencontre de Garibaldi avec Anita, une femme exceptionnelle, le départ en Italie, son idéal de liberté, l'accueil qu'il a trouvé en Suisse... Excitation et fierté d'évoquer au travers de l'histoire familiale l'histoire d'un héros.

(Source photo: extrait d'une émssion de la TSR de 1987)

En Amérique du Sud, en Italie, en France, Giuseppe Garibaldi a été un héros de l'indépendance des peuples et un patriote italien.

Né en 1807 à Nice dans une famille de marins, Garibaldi embarque dès l'âge de 15 ans. Il découvre Constantinople et Rome et rencontre en 1833 Giuseppe Mazzini, le fondateur du mouvement Jeune-Italie. Compromis lors d'une tentative de coup de main sur Gênes, Garibaldi est condamné à mort. Il s'enfuit en Amérique du sud en 1835.

Garibaldi vivra en exil pendant treize années durant lesquelles il se range à la cause des indépendantistes au Brésil et en Uruguay. A la tête de ses "Chemises rouges", des aventuriers de la Légion italienne, Garibaldi devient un héros.

Auréolé de sa renommée, Garibaldi revient en Europe en 1848. Il prête son concours au roi de Sardaigne pour combattre les Autrichiens dans le Milanais, mais sans succès, il proclame la République italienne en 1849 à Rome puis est chassé par Napoléon III. C'est à nouveau l'exil.

De retour en Italie en 1854, il joue un rôle central dans la marche vers l'unité italienne. Celle-ci est presque achevée en 1861 avec la proclamation de Victor-Emmanuel II roi d'Italie. Garibaldi veut faire de Rome, sous la coupe des Etats de l'Eglise, la capitale de l'Italie: son expédition échouera en 1862. Il perd de son influence en Italie.

Giuseppe Garibaldi se tourne alors vers la France et s'engage dans le combat contre les Prussiens, il remporte la victoire de Dijon. Il participera aux événements de la Commune avant de retourner en Italie et de devenir député de Rome en 1874. Garibaldi préside également la Ligue de la paix et de la liberté à Genève.

Retiré sur l'île de Caprera, il écrit ses Mémoires d'une Chemise rouge avant de mourir le 2 juin 1882.

Aventurier patriote, combattant de la liberté, artisan de l'unité italienne, Garibaldi avait déjà endossé le rôle de héros romantique avant sa mort.

  • Journaliste: John Pasetti