L'art de Corinna Bille

Corinna Bille photo non datée

A l'occasion de la publication de son nouveau recueil de nouvelles, La Fraise noire, Corinna Bille tente d'expliquer pourquoi la mort hante bon nombre de ses nouvelles. C'est à la fois un paroxysme qui s'empare de ses personnages et une manière de "trouver une solution". Le drame cotoie toujours la vie quotidienne, surtout en Valais, pays passionné et dangereux.

Dans cet entretien est insérée, en 2 parties, une lecture de La Fraise noire, par Pierre Boulanger.

(Source photo: ASL)

Corinna Bille naît en 1912 à Lausanne. Fille du peintre Edmond Bille et de Catherine Tapparel, elle épouse le poète valaisan Maurice Chappaz, avec qui elle aura eu trois enfants.

Corinna Bille passe la majeure partie de son enfance en Valais, région qui va fortement influencer son œuvre. Après un séjour à Paris (1934-1936), elle publie son premier recueil de poèmes Printemps en 1939 et son premier chef-d'œuvre romanesque Théoda en 1944, qui sera suivi du Sabot de Vénus en 1952 et de plusieurs recueils de nouvelles.

Ces écrits, empreints de réalisme, restituent l'âpreté de la vie montagnarde, les parfums de la végétation et les passions sourdes. C'est avec La demoiselle sauvage en 1974 que son talent est reconnu à l'étranger. L'écriture l'emporte, toujours plus impérieuse, plus féconde, avec un emploi du rêve, systématique dès 1973, livrant une thématique de l'errance, un érotisme candide, la confusion entre les règnes végétal et animal et la quête de l'unité paradisiaque, non sans cruauté ni humour, dans Deux passions de 1979 notamment. Elle s'éteint à Sierre en 1979.

  • Journaliste: Mousse Boulanger
    Récitant: Pierre Boulanger