A Alexandrie

Lawrence Durrell à la fin des années 1970 à Paris. [Jean-Pierre Couderc - ROGER-VIOLLET/AFP]
  • Audio 14 min.

23 février 1960

Emission sans nom

Plus qu'un écrivain voyageur, Laurence Durrell fut un écrivain errant. Né en Inde, ne découvrant la Grande-Bretagne que pour la fuir avec horreur, Durrell fut ensuite talonné par la guerre. De Corfou à Alexandrie, de l'Argentine à la France en passant par Chypre, il exerce différents métiers tout en travaillant à une oeuvre littéraire marquée par les passions et la mort. On lui doit entre autres Le Quatuor d'Alexandrie, quadriptyque romanesque dont le personnage principal, la ville elle-même, impose à l'oeuvre sa structure foisonnante.  On l'entend ici au micro de Louis-Albert Zbinden, à l'occasion de la parution de Mountolive, troisième et avant-dernier volet de son chef-d'oeuvre alexandrin.


(Photo: Roger-Viollet/AFP)


Le Quatuor d'Alexandrie, le chef-d'oeuvre de Lawrence Durrell, se compose de quatre romans distincts qui parlent de mêmes personnages dans le même lieu, mais en adoptant des points de vue différents. Le premier volume, Julie, publié en 1957, reçut un accueil enthousiaste, mais ne laissait pas entendre qu'il ne constituait que le premier volet d'une oeuvre complexe et foisonnante. Suivront Balthazar, Mountolive et Cléa, qui parachèveront cette fresque immense de la mémoire et des passions au coeur d'Alexandrie.