Jazz contre classique

Le chef Ernest Ansermet (1883-1969), en juin 1939.

En 1946, un grand débat sur le jazz est organisé sur les ondes de Radio Sottens, entre le chef d'orchestre Ernest Ansermet, le musicographe Emmanuel Buenzod, le professeur de conservatoire spécialiste du jazz Cléon Cosmetto et le Dr. Boven, psychiatre.


On est ici dans un débat très didactique qui voudrait prouver une certaine supériorité de la musique classique sur toutes les autres. Les détracteurs de ce qu'ils nomment «musique nègre» estiment que le jazz est une musique dédiée au plaisir, qui se cantonne à l'improvisation et à la variation. De ce fait, elle ne peut atteindre le niveau de la musique classique où les compositeurs réinventent formes et langages pour gagner leur liberté.


Pour Ernest Ansermet, «il est possible que le jazz réserve quelques surprises» dans l'évolution de la musique .


(Photo : Roger Viollet, AFP)