Retour au pays

Les vignerons de Chabag.

Une famille de colons vaudois établis dans la colonie de Chabag au bord de la Mer Noire raconte son exil à travers l'URSS en guerre pour regagner la Suisse. Chabag avait été fondée par des colons vaudois - principalement des vignerons et des viticulteurs - en 1822. La deuxième Guerre mondiale sonne le glas de cette colonie dans laquelle ont vécu et travaillé cinq générations de Vaudois.

(Source photo: photo tirée du livre "Les vignerons du Tsar" de Olivier Grivat, publiée sur notrehistoire.ch)

Voir également le groupe "Helvétianopolis Chabag" publié sur Notrehistoire.ch.

En 1822, des colons vaudois, viticulteurs et vignerons, ont quitté Vevey pour fonder une colonie sur les rives de la Mer Noire en Bessarabie au bord du Liman de Dniestr.

Le tsar Alexandre I er de Russie sur l'injonction de son précepteur Frédéric-César de la Harpe, conscient de la misère régnant à l'époque en Pays de Vaud, a en effet autorisé la constitution d'une colonie dans ce territoire cédé par la Turquie.

 La colonie se développe à Chabag, non sans difficultés, jusqu'en 1829, date où la peste frappe les colons. Malgré cela la communauté connaîtra peu à peu développement et prospérité. En 1871, les privilèges accordés par le tsar aux colons sont supprimés. Certains habitants quittent alors Chabag, d'autres poursuivent la culture de la vigne.

Après la Révolution russe, la Bessarabie se constitue en République démocratique moldave puis proclame son union au Royaume de Roumanie: Chabag devient donc une commune roumaine.

Durant la seconde guerre mondiale, la Bessarabie fait des aller-retour entre la Russie et la Roumanie.  Après la défaite de Stalingrad, l'Armée rouge récupère la province et mène une campagne de persécutions et de déportations contre les Moldaves mais également contre des minorités. Certaines familles réussissent à fuir les exactions. D'autres d'ascendance russe ou ukrainienne se voient épargnées et poursuivent la production de vin dans une région qui se peuple peu à peu d'Ukrainiens.

  • Journaliste: Pierre Cordey